#Décembre


La grisaille de l’hiver, le froid, les journées courtes, ne m’empêche absolument pas d’aimer le mois de décembre.Cette période de l’année m’inspire Bienveillance, Attention, Pardon, Réconciliation, Manger, Partage, Cadeaux et bien plus encore……
Tout commence par le calendrier de l’avent que les enfants adorent. Pour ma petite histoire, j’en avais marre d’acheter les calendriers à but commercial et qui n’avaient aucun autre but que celui de manger du chocolat, ce qui n’est pas mauvais en soi mais j’avais envie d’autres choses ( et ce depuis déjà l’année dernière). J’avais envie de créer un calendrier de L’Avent réetulisable, que chaque jour se matérialiserait par une action, une prière ou une pensée. Alors je suis allée chez ZODIO, me procurer le matériel nécessaire pour fabriquer mon propre calendrier de l’Avent dans lequel je place des petits mots avec soit une action à accomplir soit un message à faire partager, soit une prière bref mon Lilou adore, c’est d’ailleurs lui qui m’a demandé de refaire comme l’année dernière et bien sûre du chocolat quand même (sinon ce serait moins drôle).

j’aime à privilégier les moments de famille pour cette année.
C’est une période de l’année où
J’aime le chocolat chaud à la cannelle.
J’aime le vin chaud aux épices.
J’aime les décorations dans les villes, écoles, les vitrines de boutiques, les marchés de Noël 
J’aime la décoration du sapin.
J’aime les bons repas qui se peaufinent et s’organisent à l’avance.
J’aime la patience que doivent fournir les enfants pour attendre le 25 au matin pour ouvrir leur cadeau ( vertu qui se perd avec des enfants qui veulent tout, tout de suite ).


J’aime le fait de prendre le temps d’acheter un cadeau qui va réellement faire plaisir ( voire surprendre).

J’adore ces moments intergénérationnels, parents ou beaux-parents, grands-parents et arrières grands-parents( et rêve plus que tout d’avoir les miens aussi à cette table) qui s’éternisent, on mange, boit, on rigole, on refait le monde.
J’aime voir la tête des enfants quand ils ouvrent leur cadeau bref……vous l’aurez compris j’aime cette période festive.

Et vous DearMama que vous inspire le mois de décembre ?
#Positivedecember
#Familytime
#Love#Kindness
#Be grateful

Après l’expatriation …. le retour en France

 

IMG_5744

Hello dear Mama Blog,

avez vous personnellement ou un membre de votre entourage vécu ce retour en France après avoir été à l’étranger pendant des années?

En 2014, Mr D, mon cher et tendre m’annonce qu’il y’a des possibilités de partir de l’écosse. Quelques mois après il m’annonce que ce serait Paris.

J’ai été submergé par plusieurs sentiments, l’excitations de vivre dans une des plus belle ville du monde, je me voyais déjà dans les appartements Haussmanniens, pas ceux du 16ème hein, dans d’autres arrondissements pas trop cher n’est ce pas ?
Avec un appartement dont le séjour ferait 50 mètres carrés avec parquets et cheminée, vue sur les rues de Paris, je m’imaginais me balader dans le centre de Paris, entre la culture et les shoppings, les restaurantes  je me voyais déjà vivre la grande vie …. quand soudain Mr D m’a tout de suite fait descendre sur terre et la réalité avec le prix des loyers, le coût de la vie etc….. et puis une amie m’a dépeint  une autre réalité, celle des trafics, du travail et j’en passe bref elle a réussi à mettre le moral dans les chaussettes.

N’ayant pas d’autres choix que paris, l’idée a fait son chemin, mon côté positif a pris le dessus en priant très fort que mon imagination se rapproche de la réalité.

Première étape était celle de  décider ou était le meilleur endroit pour vivre, c’est vrai que les collègues de travail de Mr D nous avaient conseillé la ville de Saint Germain en Laye à cause du lycée international. Nous avions donc entrepris les démarches d’inscription de mon ainé qui souhaitait intégré un collège bilingue, il fallait entrevoir un voyage pour repérer le quartier et savoir ou est ce qu’on voulait habiter, ensuite regarder les devis de différentes compagnies de déménagement bref le stress avait déjà commencé.

Malgré ce stress, nous faisions ce qu’il fallait  pour préparer notre retour en France en douceur. Nous en parlons beaucoup aux enfants, de la réalité d’une vie dans une grande ville, les avantages et les inconvénients. De la barrière de la langue (eux étaient devenus écossais). De plus un de mes enfants est très sensible, il aime sa routine, il est facilement affecté par le ou les changements, il a fallu beaucoup le préparer mentalement.

Je faisait tout ce qui était en mon pouvoir pour que ce déménagement soit une véritable réussite.

Eté 2015, nous voilà sur Paris, avec les enfants, nous avions décidé d’y vivre un peu avant le rentrée scolaire pour prendre nos marques,

Septembre arriva et par conséquent  la rentrée aussi. A l’unanimité les enfants trouvèrent le système scolaire moins encourageant qu’en Ecosse, beaucoup trop d’attentes, de devoirs, de pressions de la part du corps enseignant et de l’éducation.
Pour mon aîné qui est allé dans un collège bilingue, ça été plus facile sur le plan social  car il a rencontré des enfants comme lui avec cette double culture. Pour mon deuxième enfant ça été plus compliqué, son coeur était resté en Ecosse car ça été plus difficile pour lui de se faire des amis. Il a fallu beaucoup parler et le rassurer et aussi lui expliquer pourquoi nous sommes partis de l’écosse bref ça été plus long.

En arrivant sur paris on est confronté à beaucoup de paperasse, courrier, il nous a fallu six mois pour obtenir nos cartes vitales. quelques mois pour trouver un médecin familial.

Il faut absolument chercher un médecin traitant sinon on est remboursé qu’a 20% au lieu de 70%.

Une fois les enfants plus ou moins installés, toute cette paperasse faite, cartons reçus et rangés, c’est moi qui me suit retrouvée dans un tourbillonnement de questionnement.
Contre toute attente mes amies me manquaient, ma routine et mes petites habitudes aussi, j’ai commencé à me sentir vraiment seule.

C’est en quittant l’écosse que je me rendis compte à quel point nous étions heureux.

Je ne me retrouvais pas dans cette nouvelle vie. Les codes sociaux avaient changés (à mon sens) et ce qui faisait mon équilibre c’est à dire mes enfants , mes copines, nos petites habitudes, était perturbée.

C’est tout simplement comme si je n’étais pas à ma place.

Avez vous déjà ressenti cela Dear Mama? de ne pas être à votre place ?

Bref pour terminer je dirais que notre retour a été plus difficile que notre départ, quand nous sommes partis de la France pour l’Afrique, nous n’avions qu’un enfant qui avait deux ans et demi. Quand nous sommes arrivés en écosse lors de notre deuxième expatriation, nous étions une famille de quatre avec deux enfants de six et presque deux ans.

Après près de 7 ans  d’écosse, nous sommes rentrés en France à cinq avec trois enfants âgés respectivement de 13, 8 et 2ans…

Un nouveau chapitre de notre vie commençait!